Les papiers de Gigi

jeudi 13 juin 2013

Suzanne, Camille, Andy et la liberté

J’ai eu la chance de voir trois films récemment, qui, a priori, n’ont rien à voir.

Le premier est Camille Claudel, 1915. On y voit la sculptrice (interprétée par Juliette Binoche) errer dans les couloirs de l'hôpital psychiatrique de Montdevergues dans le sud de la France, où elle a été transférée. Le rythme y est lent, l’enfermement insupportable à Camille ; elle y attend la visite prochaine de son frère, Paul Claudel.

Pourtant dans ce film la beauté y est omniprésente : les lieux, le jeu des acteurs (de véritables soignants et internés), et Juliette, ah Juliette… sa grâce, la lumière émanant de son beau visage nu… Juliette I love you for ever !

camille-claudel-1915-13-03-2013-6-g

Autre actrice de talent, la jeune Pauline Etienne interprète dans La Religieuse (une adaptation d’un texte de Diderot) le rôle de Suzanne, une aristocrate du siècle des Lumières enfermée contre son gré dans un couvent. Elle se battra corps et âme pour mettre fin à cette injustice : sincère dans ses convictions, elle doit faire face à un clergé souvent contradictoire dans ses actes (notamment une des mères supérieures, interprétée par la toujours stupéfiante Isabelle Huppert).

la_religieuse_1__c__renaud_monfourny_1600x1200_

Autre époque autre mœurs, j’ai revu Le diable s’habille en Prada, adapté du roman de Laurence Weisberger. Andy (Anne Hathaway), fraîchement diplômée, s'y retrouve assistante de la plus redoutable rédactrice en chef qui puisse exister à New York, Miranda Priestly (Meryl Streep).

Et là vous allez me dire, quel est le point commun entre ces œuvres apparemment si différentes ? (Gigi are you losing the « boule » ???). La réalité est, mes amis, que ces trois films parlent de la même chose : la place de la femme dans notre société occidentale (ouais, gros).

Pourquoi Camille attend-elle Paul avec tant d’impatience ? Parce que, non mariée et son père décédé, l’artiste devient par défaut sous tutelle de son frère. Ce dernier, poète, bourgeois illuminé, refusera toute issue à sa sœur, qui passera la fin de sa vie internée, jusqu’en 1943, notamment sous prétexte d’une créativité trop exacerbée, dite « diabolique » (c’est à se demander qui est vraiment fou dans l’histoire…).

Idem pour Suzanne, qui, pour expier l’adultère de sa mère, n’a pas d’autre choix que d’obéir à sa famille. Heureusement Diderot lui offrira une fin plus heureuse.

diable-s-habille-en-prada-2006-05-g

Andy quant à elle finira par s’extirper des griffes de Miranda. Mais on se rend compte que, contre toute attente, la plus libre des deux n’est pas celle que l’on croit. A l’heure où les femmes d’occident ont acquis les mêmes droits que les hommes, elles se retrouvent parfois prises dans leur propre piège : leur statut. C’est ainsi que la rédactrice en chef, si indispensable dans sa profession, vit un échec cuisant dans sa vie privée : ELLE NE PEUT REUSSIR VIE PRIVEE ET VIE PROFESSIONNELLE. Question cruciale qui divise plus que jamais, entre celles qui disent arriver à concilier les deux (Sheryl Sandberg, numéro 2 de Facebook), et celles qui jettent l’éponge, épuisées par une gestion devenue infernale (bras droite d’Hillary Clinton).

Ici point de Femen féminisme, bien au contraire ! Plus nos hommes seront épanouis, plus ils seront à même d’accepter à aider leur compagne dans l’éducation des enfants et l'exécution des tâches ménagères. Elles auront donc plus de temps pour :

  • créer des entreprises (29 % seulement le sont par des femmes)
  • se former (12 % d’accès contre 20 % des hommes)
  • s’engager dans la vie citoyenne (de 2,9 % à 7,8 % de mairesses, pour exemple)
  • avoir des CDI à temps plein (25 % des femmes contre 45 % des hommes)

Alors vous allez me dire, « Mais qui va s’occuper des enfants ???!!! ». Ici point de reniement de la maternité, mais si au fond ce n’était qu’un cycle dans la vie des femmes ? (et des hommes, hum, ouais vous aussi les gars z’êtes concernés)

Pourront-elles un jour retourner au travail sans qu'on leur reproche « d’avoir joué à la poupée » ?

Pourra-t-on un jour arrêter de penser que l’efficacité est liée au nombre d’heures passées au bureau ? (mouarf, je ris intérieurement…) Et si la France est au taquet au niveau productivité, ça serait pas parce qu’il y a d’la gonzesse au turbin par hasard ? (enfin j'dis ça, moi j'dis rien...)

Bref, tout ça pour vous dire, mes chéries, osez, entreprenez, créez, prenez confiance, allez de l'avant, affranchissez-vous du quand dira-t-on et autres cancanages stériles, faites-vous canon, enfilez vos plus belles chaussures qui brillent et AVANTI !!!

Et si vot’mec n’est pas d’accord… refourguez-lui bébé (avec l’eau du bain).

A l’heure où le capitalisme est devenu une arme de destruction massive d’emploi (nan c'est pas ça ??? me suis trompée ??? enfin moi j'dis ça...), n’oublions pas que ce sont les femmes qui les premières trinquent de la crise.

On peut décider de se laisser marcher sur les pieds par tous ces machos qui rôdent encore de trop du côté des assemblées décisionnelles.

On peut aussi décider de leur dire MERDE et d’agir en conséquence.

Suzanne, Camille, Andy et les autres vous diront merci.

Posté par Imawana à 01:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


vendredi 8 mars 2013

Loches Angelech'

J'ai eu le plaisir il y a peu de découvrir Loches, petite bourgade d'environ 7 000 habitants.

Située à 40 km au sud de Tours, c'est une ville qui mérite vraiment le détour, car il s'agit d'un des ensembles les plus complets que nous ait légués
le Moyen-Âge. On y trouve un dédale de ruelles ravissantes, donnant sur des portes remarquablement conservées.

Ci-dessous la porte des Cordeliers :

P1040572

La porte des Cordeliers avec la vue sur le château :

P1040577

La porte Picois et l'Hôtel de ville :

P1040587

La rue du château, donnant sur la Porte royale. La devanture verte à droite correspond à la maison du Centaure, nom dû à un bas-relief sur sa facade, représentant Hercule transperçant d'une flèche emposoinnée le centaure Nessus, enlevant lui-même sa femme Déjanire. Je ne l'ai pas en photo, mais pour anecdote cette maison, qui appartenait à une marchande de vin, est désespérement à vendre. Triste patrimoine français...

P1040591

En voici l'entrée latérale (photo inédite prise grâce à une Lochoise) :

P1040592

Autre lieu remarquable, la collégiale Saint Ours, du nom d'un moine qui crée un monastère sur les lieux au Ve siècle. L'église de la collégiale
est encadrée de deux clochers du XIe et XIIe siècles, dont un clocher-porche.
Après un effondrement du toit les reliant, on y élève des "dubes", initialement coniques, puis pyramidales après une restauration au XIXe siècle :

P1040643

P1040602

P1040637

P1040608

On entre dans l'église par un narthex (avant-porche) qui a ainsi conservé le superbe portail polychrome datant du XIIe siècle :

P1040604

Un chapiteau du narthex :

P1040627

Deux autres chapiteaux situés à l'intérieur :

P1040611

P1040607

Deux vues de l'intérieur...

P1040605

P1040614

...un zoom sur le superbe tombeau d'Agnès Sorel, belle favorite du roi Charles VII :

P1040619

Dans la forteresse de Loches, on peut également visiter le Logis Royal, où Jeanne D'Arc convainquit
le dauphin d'aller à Reims pour se faire sacrer roi...

Chateau_loches1234

...mais aussi le donjon. Tour à tour propriété des Angevins, des Plantagenêts et enfin du roi Philippe Auguste après mille et une guéguerres,
pour devenir au final une prison à partir de Louis XI, qui en gardait un piètre souvenir... mais qui permit la conservation du monument
jusqu'à aujourd'hui !

Donjon_loches1234

Allez, pour terminer, une petite vue sur le Cher issue de la forteresse, histoire de vous donner envie de visiter Loches,
où je reviendrai certainement pour visiter tout ce que que je n'ai pas vu (intérieur du donjon et du château, maison natale de Louis Delaporte, explorateur d'Angkor)... de belles découvertes en perspective !

Vue_cher1234

NB : Pour en savoir plus, je vous invite à faire un grand tour sur le site Loches Autrefois, crée par un collectionneur de cartes postales
passionné par sa ville. Une vraie mine !

 

Posté par Imawana à 20:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 27 janvier 2013

Deux mille treize heureux...

Hello les loulous,

A y est, mes cartes de voeux 2013 ont été envoyées, pffffffffiiiiiiooooooouuuu !

Enveloppes_1234

Le fruit d'un travail acharné au sein d'un capharnaüm créateur :

Atelier1234

Voici donc le florilège 2013 !

Des végétaux, toujours...

P1040222

...des flocons de neige, très d'actualité !

P1040230

Des branches, du maskig tape et de l'embossage argenté (la pomme de pin

c'est juste pour faire joli) :

P1040248

Beaucoup de sapins cette année (ici 4 cartes disposées en mosaïque,

les sapins sont pour la plupart en papier cadeau de récup')

Sapins_rose_beige

... et même un renne...

P1040249

Des sapins roses glossy (embossage vernis transparent) :

P1040231

Un jardin extraordinaire :

P1040223

Un grand et beau sapin : peinture verte et embossage doré superposés :

P1040236

Des étoiles (grand tampon utilisé trois fois)...

P1040232

...et des boules, encore des boules !

P1040246

Hormis l'utilisation de quelques stickers et masking tape, j'utilise beaucoup de tampons, économiques car utilisables à l'infini...

Autant vous dire que le nombre de tampons que je possède est encore moins avouable que celui de mes papiers cadeaux !

Pour finir, une ch'tite photo de mes dernières trouvailles en vide-greniers : et non madame, je ne suis ni institutrice ni maman,

mais m'en fiche j'adore ça et j'assume !

Tampons_Erdeven1234

Je ne sais pas encore comment je vais les utiliser... affaire à suivre... En attendant, je vous invite à faire un tour sur le site de la

Fabutineuse. Trop forte, elle les crée elle-même avec ses fabuleux dix doigts !

Allez, bien tamponnement vôtre et à très bientôt...

(signé la Gigi et ses (beaucoup) de papiers)

Posté par Imawana à 18:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 21 décembre 2012

Noyeux Joël !

Ame damnée que je suis d'avoir abandonnée mon blog pendant plus de 6 mois !

Mes excuses ? Des vacances, du boulot à tire larigot, et un déménagement qui m'a privée d'Internet pendant plus d'un mois (merci B...) Loin de moi d'être geek je m'en suis très bien passée, mais me voilà bien décidée et inspirée pour m'exprimer à nouveau sur la toile !

Sinon, le chat va très bien, merci. Il vit dans un état de stress intolérable, comme vous le voyez sur cette photo :

P1040186

Bon, trêve de plaisanterie, vous avez survécu à la fin du monde ? Alors vous allez pouvoir fêter Noël, youpi tralalère tagatsouintsouin.

De mon côté a y est suis prête. J'ai investi dans mon premier sapin, un superbe sapinou en plastoc' (mais oui ça peut être écolo quand on l'utilise de nombreuses années !)

Mais surtout, attention Mesdames-z-et-Messieurs, toutes les boules que vous allez voir ci-dessous ont été décorées sans trucages par mes soins ! (avec du papier décopatch, pour ceux qui connaissent cette addiction fatale)

Vous m'direz, ça m'aurait coûté moins cher d'en acheter des confectionnées par de gentils-petits-chinois (et puis les grosses boules ne tiennent pas sur mon baby sapin mais sur mon jasmin...), bon enfin bref, ADMIREZ !

(la boule à pois et la matriochka)

Sapin1234

(la boule ba'moin'ti'créole)

Boule_créole1234

(la boule... bleue)

Boule_bleue1234

(la boule kepun)

Boule_kepun1234

(la boule étoilée comme le ciel un soir d'... enfin une boule étoilée quoi)

Boule_étoile1234

(et la plus résussie (45 min de travail, mazette !)... la boule petit Larousse 1926 (page des i))

Boule_larousse1234

Alors, vos piti'nyeux sont tout éblouis, vous voulez en arrêter là ?

Et ben non c'est pas fini !

Car la hotte du père Noël est prête !

Look at these beautiful paquets cadeaux :

(étiquettes home made, of course...)

Etiquette_étoile1234

Etiquettes_chinois1234

Etiquettes_fleurs1234

Etiquette_branche1234

Cadeau_étoile1234

Cadeau_feuille1234

(ne me demandez pas combien j'ai de rouleaux de papier cadeau chez moi, ça serait totalement indécent)

 

Allez, à l'année prochaine alors (pas dans 6 mois promis ;), et d'ici là mollo sur les chocolats...

Posté par Imawana à 23:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 6 juillet 2012

Bref, j'ai un chat

Tombé du ciel (ou presque), voici une semaine que j'ai un chat, 1,250 kg de crevette grise !!!

Bon, c'est la crise, alors on se détend avec quelques choupinouphotos :

P1030521

Comme tous les chatons, il joue avec n'importe quoi : du papier, sa queue...

(notez qu'il s'agit d'un mâle...)

P1030554

Il peut aussi faire le mignon...

P1030536

... le chat de publicité...

P1030549

... ou le chatmamour...

P1030560

...mais il reste malgré tout un chaton p'tit con ! (avec de putain de beaux yeux, cela dit)

Allez, m'en vais lui faire des papouilles.

Kenavo !

 

 

 

Posté par Imawana à 19:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


dimanche 24 juin 2012

Palaizone

On est laid à Nanterre,
C'est la faute à Voltaire,
Et bête à Palaiseau,
C'est la faute à Rousseau !

Eh bien merci Gavroche ! Bon, vu comment il termine à la fin de la chanson, on le pardonne…

A l’époque du gamin, Palaiseau, c’est un village sans intérêt où les diligences s’arrêtent pour déjeuner sur la route de Chartres. Puis il y a eu le chemin de fer au XIXe siècle, « la ligne de Sceaux », comme on dit, et le lieu devint villégiature pour les stars du moment : George Sand, Charles Péguy, etc. Puis l’urbanisation a commencé dans les années 50 pour ne plus jamais s’arrêter. Aujourd’hui c’est une ville de banlieue qui ressemble à peu de choses près à une autre ville de banlieue.

Pourquoi vous en parler ici ? Eh bien parce que c’est là où j’ai grandi. Quand je vivais à Paris, les gens situaient vaguement. En Bretagne, on assimile la banlieue à Paris, alors que tout banlieusard vous dira que la vie n’y est pas la même.

Soyons honnête, l’identité d’un francilien (habitant d’Ile-de-France) est floue. « Moi je viens du Cantal, comme le fromage », « Moi de Sète, comme Georges Brassens », « Et moi de Vire, comme les andouilles »... Bien des régions de France ont leur particularité qui permet de localiser l'origine de la personne. Alors comment on fait quand on vient du nord de l’Essonne ? « Comme Diam’s ? » ? Et encore j’ai de la chance, Palaiseau héberge l'école Polytechnique, je peux au moins dire ça !

Alors quand j’ai trouvé les cartes ci-dessous dans une brocante, j’y ai compris l’absurdité de  leur existence (définition du kitsch ?), à l’image des « boring postcards » dont fait la collection le photographe anglais Martin Parr. Avez-vous reçu une carte postale de banlieue ?

« Bons baisers de Nanterre... », « Ici on s’éclate à Bondoufle ;) », « Cergy c’est génial ! ». Non, ça n’existe certainement pas…

Petit aperçu de ma collection personnelle !

Scan0015-0-0

Ci-dessus plusieurs "momuments" de la ville, que vous retrouverez sur d'autres cartes : la piscine, avec de vrais vieux vestiaires avec une dame (c'est aussi là où j'ai appris à nager). La mairie, et enfin une représentation de Joseph Bara, le "héros" de la ville : il a son collège, son boulevard, bref, si je vous résume, c'est un p'tit con de 15 ans soldat sous la Révolution française, qui, face aux Vendéens lui demandant de crier "Vive le Roi", cria "Vive la République". Et il est mort.

Scan0015-0-1

Celle-ci c'est du grand n'importe quoi avec ses résidences années 70. On y voit quand même la rivière, l'Yvette !

Scan0015-1-1

Là on y voit, très important, la poste, une superbe vue d'ensemble, la gare de Palaiseau avec l'ancien "RER", et la salle des fêtes années 30. Un film y a été tourné, si quelqu'un se souvient du nom je suis preneuse.

Scan0016-0-1

Autre "monument" moche : la sous-préfecture. Plus jolie, l'église Saint Martin, classée ! Lino Ventura y a tourné Les Misérables.

Scan0016-1-1

La gare de Palaiseau, un délire architectural, une vue bucolique et le RER, celui d'aujourd'hui !

Scan0016-1-0

Une carte très stylée, avec comme "monument" la MJC à droite, youhouhhhh !!!

Scan0016-0-0

On prend les mêmes et on recommence (à noter, la mairie avant son agrandissement).

Scan0015-1-0

Et voilà !

Posté par Imawana à 18:43 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 1 mai 2012

TIME

 

STRESS1234

Il y a quelque temps était annoncé près de chez moi l’ouverture d’un bar, « L’éloge de la lenteur ». Ce dernier a pris son temps pour ouvrir, mais le voilà enfin, et il m’a donné envie de parler d’un sujet qui nous concerne tous : le temps.

Loin de moi de développer une profonde analyse ou de replonger dans mes cours de philo (je n’ai de toute façon pas le temps !), et par ailleurs d’autres le font très bien. Je veux juste partager quelques pensées à ce propos.

 

Quand j’étais petite (il n’y a pas si longtemps !), j’ai appris une chanson à l’école, Je n’aurai pas le temps, de Michel Fugain.  A l’époque des médias grandissants, Mitch’ se rend compte alors que ça va être chaud de faire tout ce dont il a envie le temps d’une vie.

Alors à l’ère de l’I Phone et d’Internet, comment vous dire… on a même plus le temps de se dire qu’on n’aura pas le temps. Time is running out, comme le chante Muse, et il nous semble bien difficile de stopper cette course infernale. Et pourtant… petit point sur nos aberrations apo/capitalistiques…

DODO

Je sais pas vous, mais quand j’ai la chance d’aller dans un zoo, je me rends compte d’un truc : les animaux dorment à volonté ! Bon, ok, les koalas qui dorment entre 18 et 22 heures par jour, mais ils sont vachement zen, vous trouvez pas ?

Du côté des humains, franchement c’est pas sérieux : on dort 1h30 de moins qu’un Français des années 50, sans compter aujourd'hui les ados qui se couchent à 3h du mat’ pour débouler en cours à 8h en quasi-pyjama. Résultat : des gens qui s’agressent les uns les autres ou qui font des boulettes au boulot. Ben oui on y arrive mieux quand on a pas besoin d'allumettes pour garder les yeux ouverts, c'est dingue !

BOULOT

Tiens, en parlant taf, par où commencer… alors oui, on faisait que travailler avant, et on estime qu’on travaillait 3 000 heures au début du XIXe siècle pour environ 1 450 de nos jours. Sauf que la productivité a été multipliée par 28 grâce aux machines actuelles. Alors pourquoi ce sentiment c’être débordé à l’ère des 35 heures ? Parce que le « tout tout de suite » est devenu notre quotidien : 53 % des travailleurs déclarent devoir répondre à ce rythme effréné et 48 % déclarent devoir travailler dans l’urgence.Tout ça pour quoi ? Des fois on se le demande...

Dans les cabinets ministériels, on est passé du « U » comme urgent à « TU », très urgent, « TTU » très très urgent. Dans (presque) toutes les boîtes, il est de bon ton (peut importe si c’est vrai) d’être débordé, overbooké, sous l’eau, courir dans les couloirs en hurlant pour répondre ASAP (« as soon as possible ») aux exigences de nos supérieurs. Malheur à celui qui dira « Ca, je prendrai le temps de (bien) le faire ».

Une étude a pourtant montré que des cadres à qui on imposait de « lever le pied », voyaient la qualité de leur travail et de leur relation entre collègues s’améliorer significativement : allez les gars, et si on la faisait cette petite sieste avant la big-réunion-de-la-mort-qui-tue (ça peut même nous éviter de s'endormir pendant...) ?

Dernière remarque importante à propos du boulot : les chercheurs, ceux qu’on presse aujourd’hui comme des citrons pour donner dare-dare des idées, z’auraient pas b’soin de temps, mais vraiment du temps, du vrai ?

AUTO/METRO

A l’heure où les voitures peuvent atteindre des vitesses inatteignables parce qu'interdites, nous voilà devenus dépendants des transports pour aller travailler : lentement mais sûrement, le laps de temps maison/entreprise se rallonge. Il est de 22,6 minutes en moyenne, avec des écarts allant de 0 minute à 2 heures (et peut-être même plus malheureusement).

Pour ma part, je suis passée de 1h30 de trajet (quand tout allait bien !) à 15 minutes : je risque un jour de me plaindre de ne pas à être à 5 minutes de mon boulot, mais pour l’instant je savoure mon bonheur d’être près, et de voir à quel point les choses deviennent plus simples…

D’ailleurs, connaissez-vous les villes lentes ? Inspirées du mouvement Slow, elles banissent les voitures à gogo pour les piétons et les vélos. Et d’un coup ça va drôlement mieux : z’avez déjà vu, vous, des cyclistes se traiter de connard au guidon ???

MIAM

Il n’y a qu’une poignée d’années, on prenait huit fois plus de temps pour préparer à manger : ben c’est qu’il faut les éplucher ces patates ! Car oui, cuisiner, c'est long : par conséquent, le secteur des surgelés a bondi fois quatre, les plateaux repas sont légion, et les fast-foods se multiplient comme des p’tits pains. Bon, ok, vous n’allez pas préparer une ratatouille tous les soirs, mais vous n'en avez pas marre des MacDalles mous, fades, chers, et qui ne callent même pas trois heures d’affilée ? Pas facile de trouver le juste milieu, d’ailleurs ce soir j’ai cédé à la pizza toute prête pour vous écrire cet article : les carottes râpées maison attendront demain… pour moins de 2 €, un plat terriblement bon et équilibré : ils te le font, ça, à McDalle, hein ???

CINOCHE, ETC

On s’en rend pas forcément compte, mais ça aussi ça s’est grave accéléré : la durée moyenne des plans d'un film est passé de 8 secondes (Ben Hur, 1959) à 3,1 secondes (Inception, 2010). Maintenant je comprends pourquoi je ne comprends rien à ces nouveaux films (parce que oui j’ai beau avoir 30 ans je suis un peu old school) !!!

Avec un peu de flair ça doit être la même en musique : regardez la chanson de Mitch’, bien trop lente ! Christophe Maé il te fait la même version Speedy Gonzalez, allez on trace !

TEMPS LIBRE

Paradoxe, on a plus de temps libre qu’autrefois, mais on a quand même l’impression d’être débordé… Mais alors ils font quoi les gens ?

- A gad la télévision et pis dors : depuis l’invention du petit écran, on ne cesse de le regarder de plus en plus, pour atteindre actuellement 3h32 par jour. Ben oui, du coup pas le temps de la faire cette ratatouille… Enfin pour les 98,50 % de Français avec la TV, moi je fais partie de ceux qui ont arrêté cette drogue, et je vous jure que pas UN JOUR elle ne m’a manqué. Juré craché. Si si.

Attention, ça se corse désormais avec le temps libre passé devant les ordinateurs, du plus petit avec lequel on téléphone du plus gros du boulot, soit 2h51, ce qui fait, que si additionne les deux moyennes des écrans fait 4h23 !!! L’INSEE trouve même le chiffre de 4h58, soit plus que pour les tâches ménagères, beurk :(

Bon j’vais pas vous dire que j’ai renoncé au web, j’y ai même un blog, ouah la geekette ! Tout c’que j’peux vous dire c’est que depuis que j’ai découvert le travail AVEC DES GENS EN FACE DE TOI, et ben j’trouve ça vachement plus sympa qu’en face d'un bazar en plastoc et ferraille qui plante même parfois plus qu’un humain. Quoi ? Ton PC n’a jamais mauvaise haleine ? Mouais, d'accord.

On fait moins la cuisine, le ménage, on lit moins : le temps de lecture a en effet été réduit d’un tiers depuis 1986. Il paraît même que certains professeurs en littérature n’ont plus le temps de lire ! Moi-même qui adore ça déplore un manque de temps pour m’y consacrer : entre du sommeil, une ratatouille maison, mon blog et Tolstoï, mon cœur balance… je n’aurai pas le temps, pas le temps… j’ai pourtant bien plus de temps libre que nombre de personnes autour de moi, mais j’ai encore cette impression de courir : mais qu’est-ce qu'est-ce qu'on a fait pour en arriver là ?

Alors oui je tenterai encore de ralentir sur certains points, de prendre du temps pour moi et pour les autres, de boire un verre très très lentement à L'éloge de la lenteur, même si ce n’est pas « politiquement correct » : je résisterai face aux injonctions du toujours plus que nous imposent cette société devenue folle, pensant que la vitesse est signe de progrès. Non, l'adjectif lent n'est pas péjoratif, tout comme la rapidité ne rime pas forcément avec efficacité. Voilà, c'est dit.

S’il vous reste encore un peu de temps, je vous invite à découvrir le mouvement Slow, qui mérite d’être (vite !) connu, mais aussi à lire/écouter les quelques références ci-dessous.

 A ECOUTER

Le magnifique/superbe/essentiel/magique/indispensable morceau des Pink Floyd, Time
(in The Dark Side of the Moon, 1973).

A LIRE

Terra Eco Numéro 30, novembre 2011

TE30vignette-0ff5d

Vivre plus lentement, un nouvel art de vie, Ulmer, 2010.

25500236_5519310

ON DEVRAIT TOUS LIRE ET APPLIQUER

Tout ce que nous dit Edgar Morin.

lievre-et-la-tortue

 « A la fin, quand il vit que l'autre touchait presque au bout de la carrière,
Il partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit furent vains : la tortue arriva la première.
- Eh bien ! lui
cria-t-elle, n'avais-je pas raison ? De quoi vous sert votre vitesse ? »

Jean de la Fontaine, Le lièvre et la tortue

Images :  Gravure de Benjamin Rabier ; photomontage réalisé quand j'avais le "temps".

 

Posté par Imawana à 01:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 16 mars 2012

De l’amitié

Amis fans de Gigi, vous m’attendiez, une fois de plus ! Il faut bien dire que le temps file aussi vite que le plein de ma Seat Ibiza turbo diesel ou l’accroc de mon collant bleu pétant…

Et puis il vient m’arriver un truc terrible, un truc dont j’essaie de me remettre tant bien que mal : j’ai eu 30 ans !!! Pour ceux qui n’ont pas encore atteint la date fatidique, je vous invite à voir l’épisode de Bref, dont le héros a le même âge que moi, Bref, j’ai eu 30 ans, qui résume (presque) tout (ben oui suis pas un mec moi).

Je vieillis, ok, mais je n’ai pas encore le droit de citer Micheline, 85 ans, qui s’exclame, « Ah, c’est moche la vieillesse ! ». Micheline, c’est la grand-mère de mon copain, mais aussi ce qu’on appelle un sacré numéro : bon Dieu qu’est-ce qu’on se marre avec elle !

Il y a quelque temps, elle était venue nous voir dans notre nouveau lieu de vie, où le hasard fait qu’il s’y trouve également une de ses vieilles connaissance.

Retrouvailles, donc. Les deux femmes ne s’étaient pas vues depuis, pffffffffffffff, elles savaient à peine elles même : 10 ans, 15 ans ? Joie intense de se revoir : que de choses à se raconter, à se remémorer ! Et le fiston, il a quel âge maintenant ? Déjà ! Et les petits-enfants, t’en a combien ? Comment ? Six ! Et Jacqueline, la femme de Jean-Pierre ? Ah ? Elle est morte ! Et Bernard Machin ? Mort d’un cancer ! Et le mari de Georgette ? Lui aussi… ah bon… Douleur de perdre peu à peu nos proches, nos amis, qui rappellent à chacun d’entre nous notre sort.

Et pourtant, elles se souviennent aussi des belles choses, tous ces moments heureux qui adoucissent leur peine, et qui leur disent que leur vie fût malgré tout formidable !

A 20 ans, on se souvient avec nostalgie de son enfance, à 30 ans de ses soirées endiablées : quant à la suite, je préfère ne pas encore savoir...

J’aime alors m’imaginer vieille dame, sur un banc, en compagnie de mes copines toutes aussi vieilles que moi, s’esclaffer : et lui, tu te souviens en 4e ? Quel con ! Et elle ? M’en parle même pas ! Et Ace of Base ? Comment on a pu écouter un truc pareil… Et cette soirée chez Emilie ? Ouh la la…oui…

A quoi sert une vieille ? Demandait le magazine Causette de septembre 2011. Pas lu la réponse, mais j’ai la mienne : elles nous rappellent à chacun d’entre nous que l’amitié perdure au-delà de toutes les épreuves de la vie, au-delà des enfants partis, des amours perdus, et ça, ça n’a pas de prix. Comme ça n’a pas de prix d’avoir vu un jour feu ma grand-mère chanter avec sa meilleure amie un des « tubes » de leur jeunesse, ou encore Micheline et Lucienne, côte à côte sur la plage, le cœur en fête.

(par respect pour ces dames, tous les prénoms de ce billet sont totalement fictifs)

 

 P1020029

Posté par Imawana à 16:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 27 février 2012

J'ai vu New York, New York USA !

Un ti'post express, trop de choses à faire ces temps-ci, des carottes à éplucher, des moutons à compter, etc, etc.

Mais je pense à vous et vous prépare tout plein d'articles top-ultra-cool pour les mois à venir !

Voici donc un ti'collage élaboré il y a quelques années, avant mon séjour à New York... allez on s'en reparle,

bisous bisous ciaociaociao (en référence à la vidéo de MyLittleParis, so vraie !)

nyc1234light

 

Posté par Imawana à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 27 janvier 2012

Api niu ir !!! (la suite)

Vous allez me dire, elle est en retard : c'est vrai, souhaiter la bonne année fin janvier, c'est un peu juste. Mais on dit toujours qu'on a tout le mois de janvier pour donner ses voeux !

Je n'ai pas été sympa en disant que je recevais des SMS de bonne année gnangnan.

Car je fais pire : j'envoie des cartes de voeux par VOIE POSTALE. Un truc tellement XXe siècle... Mais la différence avec la carte de mamie avec le bonhomme de neige qui fait peur, c'est que je fablique MOI MEME mes cartes !!!

Et attention les cocos : chaque année je change les modèles, ce qui fait que chaque pièce est UNIQUE. J'en fais parfois deux ou trois similaires, mais, dans l'ensemble, j'essaie de varier et de les envoyer en fonction des goûts des destinataires. Veinards que vous êtes !

Là où je ne suis pas bien fûtée, c'est que chaque année je n'en garde aucune trace (ou je perds les photos, je suis la spécialiste...).

Désormais j'ai un beau blog où je peux m'la pèter, alors terminé le massacre, je diffuse à la Terre entière !!!

Et ouais, gros.

Voici donc mon millésime 2012. Dites-moi ce que vous en pensez, et votez pour votre préférée ;)

P1020947

P1020956

P1020970

P1020945

P1020954

P1020958

P1020952carrébiscuit

P1020949carréfifties

P1020961carrébiscuitrose

P1020971carréjaponais

P1020944verticalboulesnoel

P1020963verticalboulesblanches

P1020966verticalarbrenoel

P1020965verticalherbier

 

Posté par Imawana à 11:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,